Master 2 Coopération internationale en éducation et formation – CIEF

Ce parcours forme, depuis 1999, des professionnels dans le champ de la coopération internationale éducative. Il vise la formation d’experts qui peuvent s’insérer dans les organismes internationaux, dans les ONG et associations qui développent des actions de planification, d’accompagnement et d’évaluation de projets éducatifs.
Les secteurs d’activité concernés par cette formation sont :

  • Organismes internationaux de coopération,
  • Organismes nationaux de coopération,
  • Cabinets de consultants, collectivités territoriales,
  • ONG,
  • Associations éducatives et paraéducatives.
  • Objectifs de la formation

Tel qu’indiqué dans l’annexe descriptive au diplôme, à l’issue de la formation, l’étudiant devra avoir acquis ou renforcé les connaissances et compétences suivantes :

Connaissances 

  • Politiques éducatives au nord et au sud
  • Planification et gestion des systèmes éducatifs
  • Anthropologie et sociologie de l’éducation et de la formation
  • Éducation et développement
  • Gestion de projet
  • Suivi et Évaluation des systèmes éducatifs

Compétences 

Organiser un système de veille relatif à la parution des appels d’offre et plus généralement des textes sur l’éducation et la formation, les politiques régionales, nationales, européennes et internationales, se saisir des opportunités, analyser les besoins
Répondre à un appel d’offre en intégrant les spécificités de la commande, les logiques et les contraintes institutionnelles juridiques et financières
Analyser une commande, la situer dans son environnement institutionnel et organisationnel
Établir un protocole d’observation et d’analyse des situations, dégager des besoins de modernisation,
Concevoir un projet : mettre en relation diagnostics, besoins, caractéristiques des environnements, enjeux, contraintes, moyens logistiques et humains pour créer, améliorer, rénover un système d’éducation ou de formation (partiel ou complet)
Rédiger un cahier des charges systémique, pédagogique, logistique et financier ; argumenter des propositions,
Concevoir et mettre en œuvre un dispositif d’éducation ou de formation et pour cela, constituer des équipes, établir et animer des partenariats, établir un planning de réalisation (coûts, logistique, personnel), initier des pratiques de supervision et de contrôle,
Construire, mettre en place et animer un dispositif d’évaluation de l’atteinte des objectifs et des effets de la réalisation du projet
Savoir assurer une veille scientifique, juridique, stratégique et méthodologique.

DÉBOUCHÉS

Les emplois accessibles à l’issue de cette formation sont :

  • Consultant, conseiller, expert
  • Responsable de projet,
  • Responsable pédagogique,
  • Concepteur de formation

Depuis 20 ans, les étudiants s’insèrent dans des structures diverses, nationales ou internationales : Rectorats et Inspections académiques, Directions de l’éducation ou de la formation des Conseils régionaux ou des Conseils généraux, Direction de l’Éducation et de l’éducation des communes, service formation d’entreprises privées ou publiques, bureaux d’étude, cabinets de conseils, pour les uns ; organismes de développement de la coopération dans le domaine éducatif, tel le CIEP (Centre international d’études pédagogiques), l’UNESCO, (dont l’IIPE Institut international de planification de l’éducation), l’AUF (Agence universitaire de la francophonie), l’AFD (Agence française de développement), l’IRD (Institut de recherche et de développement), Edufrance, SPHERE, les ONG, pour les autres.

PROFESSIONNALISATION

L’équipe pédagogique est composée pour moitié d’experts issus d’institutions publiques (AFD, CIEP, MEN) et privées (bureaux d’étude, ONG). La professionnalisation est préparée par la réalisation d’un stage obligatoire de 3 mois en fin d’année de M2, qui donne lieu à la rédaction d’un mémoire.

ADOSSEMENT À LA RECHERCHE

La poursuite en thèse de doctorat est envisageable à l’issue de cette formation. L’articulation entre la formation et la recherche est assurée par une équipe pédagogique composée pour moitié d’enseignants-chercheurs titulaires (dont 4 habilités à diriger des recherches), membres de 4 laboratoires de recherche : le CANTHEL, EDA, le CERLIS, le CEPED.